Album Photos
6ème arrondissement Les travaux du Baron Haussmann eurent de grandes répercussions sur le 6ème arrondissement (percement du boulevard Saint-Michel, de la rue de Médicis et de la rue de Rennes, aménagement de l'avenue de l'Observatoire, entre autres) et par conséquent sur certaines fontaines du quartier Saint-Michel. A cause de ces travaux d'importance furent érigées : Place Saint-Michel ; la fontaine Saint-Michel : le projet iconographique initial comportait une statue colossale de Napoléon 1er, en définitive, Napoléon fut abandonné au profit de Saint-Michel terrassant le dragon ; les chimères ailées, crachant de l'eau, étaient accompagnées d'enfants, cette alliance fut très critiquée lors de l'inauguration en 1860, et les enfants supprimés. Place Edmond Rostand , la fontaine Pastorale ou Bassin Soufflot ; la rue de Médicis, créée en amputant une partie des dépendances et du jardin du Palais du Luxembourg, partait de la rue de Vaugirard pour rejoindre, en longeant le Luxembourg, le boulevard Saint-Michel ; un bassin fut installé à la jonction de la rue et du boulevard en 1864, en 1884 il fut agrémenté par une statue ; en 1924, une partie de la rue de Médicis devint la place Edmond Rostand. L'aménagement de l'avenue de l'Observatoire et de ses jardins entrainat, dans le jardin Marco Polo , la création de la fontaine des Quatre parties du Monde , appelée aussi fontaine de l'Observatoire ou fontaine Carpaux (du nom du sculpteur auteur du groupe des quatre personnages) ; de cet endroit, vous aurez une magnifique perspective sur le Luxembourg Dans le jardin du Luxembourg , la fontaine de Médicis (située sur la partie dévolue à la voierie, elle fut "remontée" à son emplacement actuel, et agrandie par un bassin aux abords plantés de platanes), la fontaine du Regard (dessin trouvé sur le site Galica) ou fontaine Léda (primitivement située à l'angle de la rue de Vaugirard et de la rue du Regard, elle fut démontée lors du percement de la rue de Rennes et accolée au dos de la fontaine de Médecis), le Bassin et son jet d'eau et la fontaine Delacroix n'ont pas, à ma connaissance, d'histoire particulière ; vous pourrez voir, dans les jardins, une collection impressionnante de statues dont celle de La Liberté (gabarit offert par Bartoldi au Sénat) ainsi que L'Effort , de Pierre Roche (inspirée des Ecuries d'Augias nettoyées par Hercule grâce au détournement du fleuve Alphée, elle aurait dû être une fontaine) ; vous pouvez aussi faire un petit tour du côté du rucher-école (il y a une petite fontaine) de la Société Centrale d'Apiculture, créé en 1856 grâce à une subvention du Sénat et du Ministère de l'Agriculture ; des cours pratiques d'apiculture y sont donnés du mois d'avril au mois de septembre et la production de miel est vendue dans l'Orangerie à l'automne. "Au diable Vauvert", tout le monde connaît cette expression qui désigne un endroit très éloigné. Bien que nombre de villes ou villages de France en réclame la paternité, je privilégierais la version parisienne : dans les temps anciens, les rois de France étaient nomades, ils allaient de ville en ville et la cour les suivaient (souvenez-vous des rois fainéants !). Robert le Pieux, fils de Hughes Capet, décida de se faire construire une résidence sur l'emplacement actuel (en gros) du Luxembourg et de l'avenue de l'Observatoire, à l'époque fort éloigné de Paris ; ce fut le château Vauvert. Robert, malgré sa piété, fut excommunié pour avoir épousé sa cousine au 4ème degré (l'église n'aimait pas les mariages consanguins). Quand il mourut, personne ne voulut venir vivre dans ce lieu maudit. Le château Vauvert tomba en ruine et devint pendant plus d'un siècle le repaire de gens sans foi ni loi, et l'on disait que le diable y faisait de fréquents séjours - d'où l'expression "aller au diable vauvert". Saint-Louis offrit le domaine aux Chartreux et ceux-ci, à qui le diable ne faisait pas peur, fondèrent la première Chartreuse aux abords d'une ville. Une rue, donnant sur l'avenue de l'Observatoire, s'appelle d'ailleurs la rue des Chartreux et les serres du jardin du Luxembourg faisaient partie de l'Abbaye. Je crois qu'il existe un endroit nommé Vauvert au Canada (si quelque canadien lit ces lignes, peut-etre pourrait-il m'en dire plus ?). Mais revenons à nos fontaines. Sur l' allée du Séminaire , longeant la rue Bonaparte, la fontaine de la Paix (vers 1806) : prévue pour la place Saint-Sulpice, sans doute un peu trop petite pour la magnificence de cet endroit, elle atterrit au Marché Saint-Germain, puis sur cette allée. Place Saint-Sulpice , la fontaine Saint-Sulpice (1844) : appelée aussi la fontaine des Quatre Points Cardinaux ou la fontaine des Quatre Evêques, elle abrite, dans ses niches les statues de Bossuet, Fénelon, Flécher et Massillon, tous évêques et tous grands prédicateurs. Rue de Tournon , vers la rue de Vaugirard, la fontaine Palatine : en l'an 1715, la sérénissime princesse Anne Palatine de Bavière offrit cette fontaine au bon peuple ; le mascaron de cette fontaine est un des plus beaux que je connaisse. Place du Québec , Embâcle (1984), sculpture-fontaine de Charles Daudelin, artiste canadien. Square Desruelles , une fontaine très pastorale (1925), dans cet ancien jardin de l'Abbaye de Saint-Germain des Près ; le mur pignon au fond du square est orné d'un portique monumental , vestige de l'exposition universelle de 1900, qui devait faire partie du pavillon de la Manufacture de Sèvres. En tournant le dos à l'église Saint-Germain des Près et en levant le nez, vous pourrez voir celui que j'appelle " l'Apollon à la lyre ". Le square Pierné , à l'angle de la rue de Seine et de la rue Mazarine, aux jolis bancs en forme de livres , abrite l'ancienne fontaine du Marché des Carmes .
AccueilLe petit monde de Fbc
Paris 1er arrondissement 2ème arrondissement 3ème arrondissement 4ème arrondissement 5ème arrondissement 6ème arrondissement 7ème arrondissement 8ème arrondissement 9ème arrondissement © Fbc pour le petit monde de Fbc – 2006/2010 Dernière mise à jour le 28 avril 2008